Des machines à sous créent la polémique dans les supermarchés Carrefour belges

0
127
Machine à sous Carrefour

En Belgique, l’installation de machine à sous dans les supermarchés Carrefour a créé de vives tensions avec la Commission des jeux de hasard. Elle n’a pas hésité à faire une descente dans les hypermarchés afin de réaliser des vérifications sur ces machines. Carrefour aurait mené une campagne pour inviter les clients à déposer un jeton dans une machine. Pour la commission, c’est une action illégale, mais Carrefour affirme qu’il ne s’agit que d’une tombola.

Une tombola grâce à une machine à sous, qui ne plaît pas à la Commission

Carrefour vient de lancer une sorte de tombola dans ses hypermarchés en Belgique qui permet de gagner des prix. Parmi les cadeaux, il y a des voitures et des télévisions. Le principe est simple, les clients obtiennent un jeton qu’ils retirent à la caisse. Pour y participer, il suffit de faire des achats de plus de 25 € ou d’acheter des produits de ses partenaires. Ensuite, ils insèrent le jeton dans une machine à sous. Pour la Commission des jeux de hasard, l’utilisation d’une machine à sous est illégale.

Elle a affirmé que ces jackpots sont une source d’addiction. Elle a rajouté qu’elles ne sont réservées qu’aux casinos. Pour cause, elle a réalisé une descente sur place en envoyant la police judiciaire effectuée des contrôles sur ces machines à sous. Pour elle le risque et le danger pour les clients sont importants, surtout que les hypermarchés sont des endroits très fréquentés et cela par plusieurs catégories de personnes notamment les plus vulnérables. Mais Carrefour réfute et ne le voit pas de cet œil.

Carrefour se justifie et avance d’autres arguments

Pour Carrefour il n’y a rien d’illégal dans sa démarche. Pour elle, il ne s’agit que d’une tombola, se défend-elle. Pour se défendre, elle a affirmé disposer d’une autorisation du Comité de développement du Sport belge ou CDSB et du Comité olympique. Cette dernière a pour fonction de récolter des fonds pour le développement des activités sportives. D’après Baptiste Van Outryve, représentant de Carrefour, ce n’est qu’une tombola comme tant d’autres en organisent. Et Carrefour n’est pas le premier à le faire.

Pour elle, les allégations d’illégalité avancées par la Commission des jeux de Hasard ne sont pas fondées. Le porte-parole a tenu à souligner que ce jeu vise à soutenir une association caritative. L’enseigne a pris les précautions nécessaires en engageant un huissier de justice. Il a également montré du doigt le manque de communication de la part de la Commission des jeux qui a choisi d’aller voir directement les médias sans avoir pris la peine de contacter l’enseigne avant tout.

Il faut attendre ce que la Commission en décidera, si elle souhaite en outre mener l’affaire un peu plus loin et maintenir sa version que ces machines à sous ne sont destinées qu’aux casinos. Pour l’heure, les clients de Carrefour peuvent encore participer à cette tombola caritative et tenter de gagner les prix. Mais l’on ne sait pas encore si cette stratégie persistera et qui aura finalement gain de cause.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here