Le Cameroun fait le ménage dans les jeux de hasard

0
1571
Cameroun

L’industrie des jeux d’argent et de hasard au Cameroun est empoisonnée par de nombreux méfaits et illégalités. Une action d’assainissement du secteur est la solution proposée par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd).

Le Premier ministre camerounais, Philémon Yang, a ainsi demandé au Minatd d’agir afin d’éviter les débordements pouvant porter atteinte à l’ordre social et à l’ordre public. La Chine a également entrepris des actions pour faire le ménage dans les jeux de hasard. Un exposé de la réalité fait par le Minatd est à l’origine de cette décision du Premier ministre à prendre des mesures drastiques pour enrayer le fléau.

Un exposé réalisé par le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd) traite des différents maux qui touchent l’industrie des jeux d’argent et de hasard dans le pays. Il a été révélé dans ce compte rendu que la clandestinité, l’illégalité ainsi que l’addiction non prise en charge dégradent ce secteur qui a pourtant du potentiel. Les établissements de jeux ne respectent pas la réglementation concernant l’interdiction de jouer des mineurs. Les emplacements de certaines salles de jeux ne sont pas appropriés. Les agissements des joueurs compulsifs et pathologiques non traités peuvent avoir des conséquences désastreuses. Par ailleurs, la législation actuelle nécessite une révision puisqu’elle n’est plus adaptée compte tenu des améliorations constatées telles que les jeux et les paris en ligne.

Les grandes villes du Cameroun abritent un grand nombre d’établissements de jeux et pourtant seuls six casinos fonctionnels (deux à Yaoundé et quatre à Douala) et un casino non fonctionnel (à Douala) disposent d’une autorisation en bonne et due forme. Par ailleurs, les sociétés de jeux de hasard ayant une autorisation pour exploiter les loteries et les paris sportifs sont au nombre de sept. Cet exposé fait par le Minatd dénombre 4 salles de jeux et de divertissement de plus de quinze machines (trois à Douala et une à Yaoundé) opérant en toute légalité.

Le secteur des jeux de hasard est composé d’opérateurs ayant une autorisation légale et d’acteurs qui opèrent en toute clandestinité. Le fouillis engendré par le manque d’une règlementation stricte est loin d’être favorable à la société et à l’ordre public.

Le Premier ministre a décidé de donner l’ordre au ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation René Emmanuel Sadi d’intervenir afin d’éradiquer les maux qui gangrènent les rouages de ce secteur. Le domaine des jeux de hasard camerounais a besoin d’une intervention en urgence. Il est temps pour le pays de ralentir, voire stopper, l’abus exercé par certains opérateurs. La Chine a également pris des mesures pour assainir le secteur des jeux dans l’empire du Milieu.

En bref, par ces mesures, le gouvernement camerounais prend le contrôle d’un secteur mal en point. Le marché des jeux de hasard du pays peut donc être mieux règlementé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here