L’ARJEL lance la lutte contre les matches truqués

0
51
Arjel

Avec le ministère des sports et le Comité national olympique et sportif français, l’ARJEL a commencé à déployer ses efforts contre les matches truqués, en commençant par mettre en place une stratégie.

Dans cette réunion, les trois parties ont mis en place la prévention pour éviter la manipulation des compétitions dans les sports. Il faut dire que ces dernières années les matches truqués ont augmenté et il fut même un temps où des scandales ont éclaté. Cette lutte concernera notamment le poker er les paris sportifs et hippiques.

Les paris sportifs sont en nette progression selon le président de l’ARJEL

En effet, selon Charles Coppolani les paris sportifs ont connu une progression. Cela a commencé en 2012. En 2015, 1.44 milliard d’euros ont été enregistrés. Les opérateurs ont pu récolter un chiffre d’affaires de 270 millions d’euros. Contrairement, les paris hippiques connaissent une tendance baissière depuis 2012. Ils ont récolté en l’an dernier 1,16 milliard d’euros de mises avec un chiffre d’affaires de 254 millions. Pour ce qui est du poker en ligne, la tendance est identique, mais la baisse se fait plus lentement, selon toujours le président de l’ARJEL.

Malgré une diminution des chiffres, il reste toujours en tête en ce qui concerne le montant total des paris. En effet, en 2015 les paris encaissés ont été de 5,5 milliards d’euros avec un PBJ de 232 millions. Mais ces chiffres n’ont pas eu de répercussion sur l’ensemble des jeux de paris, car selon la constatation les jeux en ligne se sont nettement développés ces dernières années. Même si la concurrence est en train de devenir de plus en plus serrer, les opérateurs profitent encore largement de ce marché.

Mais le président de l’ARJEL n’est pas de cet avis. Il souligne que les opérateurs sont gagnants dans le jeu, mais d’un côté après un bon calcul les PBJ sont en baisse de 1% en ce qui concerne les paris sportifs. Même si les mises ont augmenté de 30% il souligne que les PBJ n’ont pu croître que de 19%. Les opérateurs sont dans une phase de perte lente.

Éclaircissement sur les taxes versées à l’État

Beaucoup pensent que l’État est l’heureux gagnant dans les paris grâce aux taxes qui lui sont versées. Mais Charles Coppolani n’est pas de cet avis. Il ne nie pas que les taxes payées par ces opérateurs soient assez importantes, mais elles ne vont pas uniquement dans les caisses de l’État. Il donne un exemple sur la recette fiscale de 2015 qui s’élève à 342 millions d’euros, la TVA n’étant pas incluse.

Il faut retirer sur cette totalité 51 millions d’euros qui vont directement à la Sécurité Sociale, 25 millions sont destinés au centre national du développement du sport. En plus de cela, il faut aussi inclure le Centre des monuments nationaux et une autre part va vers le secteur hippique. L’État n’encaisse au final que de 175 millions d’euros sur les taxes liées aux jeux.

La lutte contre les paris truqués

L’ARJEL avec ses collaborateurs a mis en place des moyens pour mener une action contre la manipulation des compétitions sportives qui se sont développées ces dix dernières années. Thierry Baillard qui est le secrétaire d’État au sport a déjà réalisé en janvier une plateforme qui a pour objectif de surveiller les paris sportifs. Mais toutes les entités concernées par le secteur se donnent aussi la main pour lutter contre cette pratique et pour traquer les manipulateurs qui souillent les paris.

L’ARJEL a notamment souligné que des efforts ont été déjà entrepris depuis 2012. Pour cela, il a engagé des ingénieurs et des informaticiens qui ont pour mission d’étudier les données issues des jeux pour trouver la moindre anomalie. Avec l’arrivée de l’Euro et des Jeux olympiques de Rio, cette surveillance sera plus accentuée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here