La pratique du jeu en ligne sanctionnée en Afrique du Sud

0
64
Afrique du Sud

L’Afrique du Sud maintient sa position concernant la pratique du jeu en ligne. Le pays reste opposé à la légalisation des jeux en ligne. En tant qu’activité illicite, les mises et paris sur internet exposent les exploitants et les joueurs à des sanctions sévères. Le gouvernement souligne que les peines encourues doivent décourager les Sud africains à aller sur les sites de jeux en ligne. Les exploitants des jeux d’argent sur le web sont considérés comme délinquants dans le pays et sont passibles de poursuites judiciaires.

Le gouvernement sud-africain a déclaré, par le biais de son ministère du Commerce et de l’Industrie (DTI), que l’exploitation de jeu en ligne est une infraction passible d’une amende pouvant atteindre les 10 millions de rands et/ou 10 ans de prison. Cette amende d’environ 87 000 euros et cette peine de prison peuvent également s’appliquer aux joueurs qui s’aventurent sur les sites de jeux considérés comme illégaux.

Le pays a mis en place ces sanctions sévères pour décourager les joueurs qui, malgré les interdictions, s’entêtent tout de même à parier et miser sur internet. Les casinos terrestres ont par ailleurs l’aval du gouvernement sud-africain et sont les seuls établissements autorisés à exploiter les jeux d’argent. Là encore, la supervision est rigoureuse et les autorités compétentes se tiennent sur leurs gardes, toujours pour protéger les citoyens.

Aucune légalisation possible

Malgré les pressions exercées par l’opposition, l’Alliance démocratique (DA), le gouvernement sud-africain est déterminé à ne pas légaliser les jeux d’argent en ligne. L’Alliance démocratique (DA) est persuadée que ce projet sera bénéfique pour le pays et pour ses citoyens. Bien que des arguments positifs aient été avancés, pour ne citer que les revenus générés par les taxes, le pays ne souhaite en aucun cas exposer sa population aux méfaits de ces jeux sur internet. Le DTI, après une étude approfondie de la question, souligne d’ailleurs qu’un grand nombre de citoyens sud-africains vivent en dessous du seuil de pauvreté et doivent déjà faire face à un endettement important.

Cette régularisation risque ainsi de fragiliser encore plus ces situations déjà critiques. Les torts engendrés par cette décision de légaliser les jeux en ligne ne peuvent pas être contrôlés quelles que soient les mesures entreprises. Même avec des suivis stricts et un encadrement rigoureux, une telle initiative aurait toujours des impacts négatifs sur les citoyens sud-africains (risque d’addiction entre autres). Les autorités sud-africaines n’ont donc aucune intention d’entreprendre les démarches pour la libéralisation de ce secteur.

L’exploitation des jeux d’argent en ligne restera donc une activité illicite et interdite en Afrique du Sud. Le gouvernement ne démord pas de l’idée que les jeux d’argent en ligne nuisent, d’une manière ou d’une autre, à la société. Et que leur libéralisation pourrait aggraver encore plus la situation. L’Afrique du Sud est donc bien décidée à appliquer les sanctions prévues pour que les joueurs et les casinos en ligne puissent bien mesurer la portée de leurs actes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here