Bilan 2016 de l’Arjel : le poker et les paris hippiques en berne

0
39
Arjel

L’Autorité de Régulation des Jeux en ligne (ARJEL) a sorti dernièrement son rapport trimestriel concernant les jeux d’argent en ligne dans l’Hexagone. Selon le bilan de l’autorité, les activités du poker et des paris hippiques demeurent assez faibles, tandis que les paris sportifs continuent leur progression.

Résultat global en nette augmentation

On peut dire que globalement il y a eu une nette amélioration des résultats dans l’univers des jeux en ligne, et ce par rapport à l’année 2015. Les mises et les droits d’entrée ont enregistré une hausse de 6 % pour un chiffre d’affaires de 8, 4 Mds. Cette croissance s’explique par l’accroissement du nombre de joueurs actifs hebdomadaire (11 % d’augmentation). Le Produit brut des jeux estimé à 813 M€, quant à lui, a augmenté de 8%, tandis que les prélèvements obligatoires ont eu une hausse de 14 % pour une valeur de 389 M€.

Une bonne année pour les paris sportifs

Le dynamisme des paris sportifs se confirme de nouveau en 2016. Comme dans les autres années, le marché des paris sportifs en ligne a connu une nette progression. Pour l’année dernière, les mises ont augmenté de 45 % par rapport à l’année 2015.

Cette croissance n’est pas due au hasard. En effet, en 2016, il y a eu pas mal d’évènements sportifs, qui ont permis aux joueurs de parier.  Citons entre autres l’Euro 2016 ainsi que les Jeux olympiques de Rio. De plus, il y a plus de recyclage de gains au niveau des joueurs. Ces derniers seraient plus récréatifs et responsables. Ce qui a permis aux opérateurs d’augmenter leur profit.

Le produit brut des jeux a enregistré une croissance de 29 % en moyenne si l’on tient compte des chiffres d’affaires de l’ensemble des opérateurs.

Le Poker et les paris hippiques à la traîne

Si 2016 a été une bonne année pour les opérateurs dans les paris sportifs, ce n’est pas le cas pour le poker et les paris hippiques.

Pour les paris hippiques en ligne, les mises en 2016 étaient équivalentes à la moitié de celles des paris sportifs. Un coup dur pour les opérateurs, qui font face donc à une chute des chiffres d’affaires pour le quinzième trimestre consécutif. La diminution de l’attractivité de l’offre en ligne serait l’une des causes de cette baisse. Une autre cause est le manque de nouveaux turfistes dans l’univers des paris hippiques.

Au niveau du poker, une faible baisse de l’activité par rapport à 2015 a été constatée. Les cash-game sont notamment visées par cette baisse. Cela s’expliquerait par l’arrivée de nouvelles variantes du poker comme le Stud, le Raz et bien d’autres encore. Par contre, les tournois ont légèrement augmenté.

En guise de solutions à ces problématiques, Charles Coppolani propose de convaincre les décideurs publics d’agir sur deux leviers : l’assiette fiscale (en taxant les mises) et l’attractivité de l’offre agréée (en modernisant et en diversifiant l’offre des opérateurs agréés).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here