Arjel : bilan positif pour les opérateurs de jeux pour le 1er trimestre

0
33
Arjel

Le premier rapport trimestriel de l’Arjel est positif pour le secteur des jeux d’argent dont notamment celui des paris sportifs. En effet, depuis son entrée sur le marché en 2010, le régulateur n’a jamais constaté un pic aussi élevé des mises. Ces dernières ont été meilleures que celles du troisième trimestre de l’année 2016, qui avait pu bénéficier des impacts de l’Euro et des Jeux Olympiques.

Les paris sportifs de plus en plus sollicités

Selon le rapport de l’Arjel, les paris sportifs ont atteint un total de 633 millions d’euros pour ce premier trimestre. « Un chiffre qui correspond à la somme la plus importante enregistrée sur un trimestre depuis le lancement du marché en 2010. » Ce nouveau record prouve que ce secteur est de plus en plus plébiscité par les joueurs.

Une augmentation accrue depuis le troisième trimestre 2016 où l’on avait eu un calendrier très intéressant avec deux évènements majeurs comme l’Euro et les JO. Depuis, la croissance continue pour le marché français. Ainsi l’autorité de régulation a estimé dernièrement que le marché des jeux a réussi à engranger en un seul trimestre le chiffres d’affaires de l’année 2011. Cette dernière a été prise comme référence du fait qu’elle avait pu enregistrer 592 millions d’euros de mises totales pour toute l’année. Ce qui témoigne de l’évolution ascendante du marché depuis ses débuts.

Il y a un an encore, le nombre de comptes actifs de parieurs était de 272.000 (T1 2016). Aujourd’hui, il s’élève à plus de 341.000. Avec environ 89% des mises, le football, le tennis et le basketball sont et restent toujours les plus appréciés des parieurs. Les femmes figurent parmi les profils de joueurs qui ont tendance à se tourner vers les jeux. Leur nombre a atteint 79.000 durant le premier trimestre alors qu’elles étaient à 51.000 pour les trois premiers mois de l’exercice 2016.

Les paris hippiques en crise

Concernant les paris hippiques, on a remarqué une légère baisse de 1% des mises que sur le T1 2016. Pourtant selon l’Arjel, les paris collectifs ont atteint 246 millions d’euros. Ce qui n’est pas mal si on se réfère aux 9% de baisse sur l’année 2016. La stabilisation des résultats semble être en bonne voie.

Le poker a également connu un rapport trimestriel positif en ayant une baisse moins élevée que les précédentes sur le cash-game. Et les tournois sont toujours présents pour rehausser d’un cran le niveau.

Croissance du PBJ pour le premier trimestre

Le PBJ a enregistré une hausse de 3% malgré une petite baisse du nombre de joueurs actifs. Un bilan positif qui sera appuyé et poussé encore plus loin au dépend de la nouvelle loi mise en vigueur dès cette année. Une certaine amélioration pour encourager le secteur surtout que les salles de poker françaises pourront « fusionner » avec d’autres casinos terrestres européennes. Ceci dans le cadre de l’organisation de tournois importants et pour favoriser le partage des liquidités dans le poker en ligne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here