Un adepte de jeux en ligne écope d’une peine d’emprisonnement à vie

0
26
Justice vol

Dans une salle de casino, un responsable floor a été tué par un joueur. La décision de justice de cette scène qui s’est déroulée il y a deux ans au Nevada a été prise il y a quelques jours : le bourreau fera la prison à vie.

Un mauvais perdant violent

James Bryant, dirigeant d’une table de blackjack dans une salle de jeu de Reno au Nevada, s’est vu ôter la vie par un joueur de sa table. En effet, le nommé Frederick Borden, piqué d’un excès de colère après s’être fait plumer son argent, a eu la mauvaise idée de s’approprier tous les jetons de la table et sprinter vers la sortie.

Mal lui en a pris, car James Bryant, qui essayait de le freiner dans son élan, va recevoir un coup de poing brutal de la part du voleur. Sur le coup, il s’est évanoui. Borden sera rattrapé par les agents de la police plus tard. Conduit à l’hôpital, James Bryant n’a pas survécu à ce coup, et décède quelques jours après cette scène tragique. La cause annoncée de sa mort serait une « déchirure de l’artère vertébrale droite ».

Un homme impulsif et colérique

Borden, âgé de la soixantaine, était connu pour son comportement agressif et impulsif. De plus, son caractère violent lors de l’audience a su convaincre le juge. Bien que son idée première ne fût pas d’ôter la vie à ce directeur de table, Borden n’a jamais démontré de culpabilité ou de regret après son acte.

De même, Borden n’a pas de casier judiciaire vierge. Il était connu pour sa violence et quelques crimes. Tout ceci a suffi au juge Scott Freeman pour lui infliger une condamnation à vie, sans remise de peine. Le juge de cette affaire aurait (peut-être) pris une décision moins lourde, si l’accusé avait montré quelques signes de regret, ou même s’il s’était excusé pour son geste. Mais ce dur à cuire n’a pas eu le moindre remords. Il a même été agressif vis-à-vis du juge lors du procès, au point où il a fallu que le juge en question appelle la sécurité. Il ne pourra pas dire qu’il ne l’a pas cherché, ne serait-ce que pour son comportement après le drame.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here