Trois individus interpellés suite au braquage du casino de Vittel survenu en 2017

0
39
Casino de Vittel

Trois personnes ont été placées en garde à vue lundi 28 mai 2018 pour avoir participé au braquage du casino de Vittel dans la nuit du dimanche 27 au lundi 28 août 2017. Lors de cette opération, les voleurs ont au moins dérobé plus de 20 000 euros.

Une longue enquête qui a porté ses fruits

Les faits se sont passés dans la soirée du lundi 28 août 2017 après deux heures du matin. Le malfaiteur s’est introduit dans le casino en portant une arme. Il a ensuite menacé un employé des lieux pour le forcer à lui remettre une somme d’argent assez conséquente. Le voleur a réussi à subtiliser un montant précis de 23 952 euros et s’est enfui à pied d’après les témoignages recueillis.

Ce jeudi 31 mai 2018, le procureur de la République d’Épinal, Étienne Manteaux, a donné une conférence de presse pour donner plus d’informations sur le sujet. Il affirme que l’arme du hold-up, les munitions, la cagoule ainsi que les gants ont été retrouvés au domicile du premier suspect de l’affaire. Ce qui a mené les enquêteurs vers les autres protagonistes vu les éléments répertoriés au cours de cette perquisition. Il faut savoir que les investigations ont pris une tournure assez déroutante puisque les gendarmes ont libéré, 41 heures plus tard, sans le savoir le commanditaire faute de preuves, un homme interpellé et placé en garde à vue début septembre. Mais les recherches ont continué et ont donné des résultats probants en décidant de placer sur écoute l’un des auteurs. Suite à cela, l’enquête a pu trouver l’homme en question et deux autres de ses complices. D’origine arménienne, les deux braqueurs se retrouvent en détention provisoire en attendant leur jugement. Quant au commanditaire, il a été accusé pour complicité par instigation. Il s’agit de Jean-Paul Moreira, un homme de 45 ans déjà connu des services de police et condamné pour des faits similaires en octobre 2001. À savoir que les enquêteurs du SRPJ de Nancy, le Service régional de police judiciaire, ont mis au maximum neuf mois avant d’attraper les auteurs présumés de ce vol à main armée.

Déférés devant le juge d’instruction, les deux hommes encourent 20 ans de réclusion criminelle. Tandis que le troisième homme, soupçonné d’être l’entremetteur entre ce duo, a été placé en examen pour complicité d’extorsion. Il reste libre et placé sous contrôle judiciaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here