Rocoluc renonce à toutes ses actions contre les filiales du Groupe Ardent

0
6
Belgique

L’exploitant de salles de jeux Rocoluc décide de ne plus attaquer toutes les licences en ligne « à URL unique » du Groupe Ardent comprenant toutes ses sociétés, dont Gambling Management, Circus Belgium et le Casino de Spa. Les deux parties ont convenus d’un accord afin de cesser toutes hostilités.

Une stratégie mûrement réfléchie

Depuis quelque temps, Rocoluc s’attaque à plusieurs opérateurs de jeux de hasard afin d’obtenir l’annulation de leurs licences. Après avoir obtenu gain de cause auprès du Conseil d’État, l’exploitant s’en prend aux entreprises du Groupe Ardent pour la même raison, mais fait machine arrière. Selon les informations recueillies, Rocoluc a oublié de s’acquitter des droits de rôle dans les quatre demandes en annulation visant trois firmes d’Ardent. Une démarche qui a provoqué automatiquement le retrait du processus. Depuis ses actions, le principal intéressé avait réussi à annuler les licences A+ des casinos online et FA + des paris en ligne de Casino Austria-Viage ou le Casino de Bruxelles. Dans la liste, d’autres opérateurs ont été visés tels que Betfirst et le Casino de Knokke. Tout au long de cette affaire, les arguments de Rocoluc s’appuient surtout sur un arrêt de la Cour constitutionnelle. Le décret stipule que l’utilisation d’un seul URL et un seul nom de domaine pour accéder à diverses catégories de jeux comme la roulette, les paris sportifs ou les jeux de cartes reste totalement illégale.

Un accord à l’amiable semble être conclu entre les deux parties concernées. Ce que confirme la direction du Groupe Ardent en affirmant la nouvelle. Cette décision s’explique notamment par l’étroite collaboration des deux entreprises. En effet, Ardent et Rocoluc affichent une relation commerciale sans faille depuis sept ans. En vue de ce partenariat, Rocoluc use d’une plateforme développée par Ardent pour son site de jeux. En cas d’action en justice, aucun texte ne prévoyait la rupture de la clause. Cependant, suite à cette accusation, le partenariat a dû être renouvelé. L’initiative a permis à Ardent de convaincre Rocoluc sur l’abandon de l’affaire. Il s’avère que le Groupe ne manque pas de persuasion quand il s’agit de préserver ses intérêts. Dans ce cadre, ce dernier prévoit de renforcer sa gouvernance en poursuivant un processus de professionnalisation. Récemment, Ardent Finance a accueilli en juin dernier deux hommes d’affaires réputés dans le secteur : Bernard Delvaux, CEO de Sonaca et administrateur à l’Union wallonne des entreprises (UWE) et Laurent Levaux, à la direction de Sogepa et administrateur chez Proximus et bpost à la FN Herstal, Investsud ainsi qu’à l’UWE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here