Le Régime britannique sur la taxation des jeux de hasard agace de nombreuses sociétés au Gibraltar

0
698
Gibraltar

GIBRALTAR – Gibraltar, territoire britannique à la pointe de la péninsule ibérique, a longtemps été un point politique sensible entre l’Angleterre et l’Espagne. Aujourd’hui la régularisation des jeux sur Internet se diversifie dans le monde entier. On découvre aujourd’hui que les Britanniques sont aujourd’hui en guerre avec eux-mêmes.

Les fonctionnaires et les cadres qui ont réussi à créer une industrie florissante sur les jeux en ligne, au cours de ces dernières décennies, dans la péninsule du Gibraltar ont décidé de crier haut et fort à l’injustice. Tout a commencé par le projet de loi proposé par le premier ministre David Cameron. Le dirigeant britannique souhaite imposer une taxe de 15 pour cent à tous les résidents de Grande-Bretagne qui souhaitent placer directement des paris en ligne sur les sites du Gibraltar.

Les joueurs habituaient à parier sur internet voit d’un très mauvais oeil cette taxe comme une loi injuste. Alors que la Grande-Bretagne qui est elle, militairement responsable d’assurer la sécurité au Gilbraltar, cette petite péninsule à tout pour être un territoire indépendant. En effet, le détroit de Gilbraltar jouit d’une autonomie considérable en matière de commerce et d’industrie, y compris sur la possibilité de fixer leurs propres impôts. Cependant, Gibraltar ne contrôle pas les impôts que Londres impose directement aux Britanniques. Et c’est là que les choses se compliquent.

Phill Brear, Commissaire des jeux de Gibraltar à déclaré que la taxe serait « manifestement contraire à la logique de la loi en elle-même sur la loi des jeux en ligne au Gibraltar. En effet, environ soixante pour cent des paris en ligne au Gilbraltar sont placés par les Britanniques. Si une taxe devenait à s’imposer, Gilbraltar perdrait d’une manière ou d’une autre son indépendance. »

Le projet d’augmenter la taxe de 15%, la même que celle imposée aux Britanniques qui parient en Grande-Bretagne, serait une majoration extrêmement douloureuse pour le Détroit. Ce projet de loi compte prendre effet dès le mois de Décembre 2014. Si cette loi devait être votée, les sociétés de plateformes de jeux basées au Gibraltar devraient posséder obligatoirement une licence de jeu britannique. Ce serait donc la seule condition pour proposer des services de jeux aux résidents de Grande-Bretagne.

Les entreprises de jeux basés dans la péninsule seraient ainsi confrontées aux mêmes règles que les opérateurs de jeux en France ou en Belgique.

Le changement mettrait «un coût énorme et indésirable sur nos entreprises», a déclaré Steve Buchanan, qui dirige les opérations de Ladbrokes au Gibraltar.

M. Buchanan a ajouté que le détroit de Gibraltar a en outre, plusieurs autres avantages. Même si on peut considérer que la nouvelle taxe sur les jeux prend effet en 2014 et qu’elle peut être handicapante. Il est noté que Gibraltar n’applique aucune taxe sur la valeur ajoutée concernant la publicité et les autres activités essentielles dans le secteur des jeux, contrairement à une taxe de 20 pour cent imposée en Grande-Bretagne. Gilbraltar reste tout de même le décisionnaire indépendant de cette taxe.

Lorsque Betfair, opérateur britannique, a annoncé son déménagement vers Gibraltar en 2011 dernier, la société a déclaré qu’elle arriverait à économiser jusqu’à 20 millions de livres sterling, soit 30 millions de dollars.

Mais voilà, le gouvernement britannique se veut rassurant et souhaite imposer cette taxe dans le but d’assurer aux consommateurs britanniques une protection supplémentaire sur les jeux en ligne  » a déclaré le ministre britannique des sports, Hugh Robertson.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here