Plus de la moitié des revenus des italiens sont gaspillés en jeux d’argent

0
35
Italie

En 2016, les italiens ont misé 95 milliards d’euros au total. Si cela a permis à l’administration fiscale de générer des recettes de l’ordre de 10 milliards d’euros, la dépendance aux jeux de hasard est devenue un véritable souci de santé pour le public.

Une politique d’Etat flexible pour les jeux de hasard

Si il y a plus d’une dizaine d’années, les jeux d’argent étaient très contrôlés en Italie, aujourd’hui, ce n’est plus le cas. En effet, le dernier gouvernement italien avait pris la décision de miser sur les jeux de hasard. Le but étant d’éviter l’augmentation des impôts. Ainsi en 2009, après le séisme de l’Aquila, l’Etat a décidé d’investir les entrées fiscales dans la reconstruction.

Avec la crise, les italiens ont changé leurs habitudes en s’adonnant aux jeux de hasard. Si il y a 15 ans, les jeux d’argent n’engrangeaient que 17 milliards d’euros par an (47 % pour la loterie nationale et 18 % pour les machines à sous), en 2 006, ce chiffre est passé à 35 milliards d’euros. En 2016, les chiffres d’affaires ont explosé totalisant une somme de 95 milliards d’euros. Cela équivaut à 4,7%du PIB du pays. Et dépasse même largement le chiffre d’affaires des grands groupes commerciaux comme Amazon (83, 6 milliards d’euros) et Boeing (90, 2 milliards d’euros).

Cette situation s’explique notamment par la politique de l’Etat italien, qui mise sur le développement des jeux de hasard pour augmenter ses recettes. Et les opérateurs proposant des machines à sous sont les premiers à profiter de cette flexibilité. Les joueurs italiens dépensant 55% de leur argent dans les slots. Ces dernières ont pullulé en Italie et se retrouvent dans n’importe quel commerce : restaurants, bars, buralistes. En tout, il existe 414 000 machines à sous dans le pays. Ce qui équivaut à 1 machine pour 151 habitants.

L’addiction aux machines à sous touche les italiens

Les exploitants restent les principaux gagnants de cette dépendance au jeu des italiens. En effet, l’Etat n’a pu encaisser que 10 milliards d’euros de recettes alors que le jeu compulsif a un coût de 7 milliards d’euros pour la santé publique. Les propriétaires de concessions d’exploitations de leurs côtés enregistrent des profits annuels de 15 milliards d’euros.

Les associations de consommateurs, de leurs côtés, évoquent l’existence de la ludocratie en Italie à cause de la tolérance excessive de l’Etat. Cette ludocratie est à l’origine de la dépendance maladie aux jeux des italiens. 13, 5 % des revenus de ces habitants sont consacrés à leur maladie due aux jeux. Les plus touchées par la ludopathie sont la classe moyenne les moins favorisés et, les adolescents de 15 à 19 ans. Selon la Confindustria, il existe actuellement 790 000 joueurs compulsifs en Italie et 2 millions de joueurs sont à risque. Un décret permettant de diminuer de 30 % ces joueurs compulsifs est en cours. L’adoption de la proposition de loi étant prévue pour fin avril 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here