Philippines : un opérateur de jeux d’argent en ligne fermé pour n’avoir pas payé ses impôts

0
6
Philippines

L’opérateur de jeu de hasard SAFYI (Synchronization Anywhere For You Inc.) a récemment été fermé par les autorités philippines. Cet opérateur du programme POGO a commis l’erreur de ne pas s’acquitter de ses obligations fiscales. Ainsi, durant l’année 2019, l’opérateur n’a pas payé la taxe annuelle de 5 % sur les revenus issus des jeux de hasard. En tout, il doit 114 millions de Peso Philippins à l’administration fiscale.

Une dette de plus de 2 millions de dollars au fisc des Philippines

Les autorités des Philippines ont retiré la licence d’un opérateur de jeu de hasard étranger du pays. L’agence qui s’est occupée de mettre cela en œuvre est le BIR, pour, Bureau of Internal Revenue. C’est dans la ville de Parsay que l’opérateur identifié proposait ses offres aux parieurs. Mais, malgré les entrées d’argent qu’il enregistrait, le paiement de ses redevances ne figurait pas dans ses priorités. Du moins, c’est ce que laisse penser sa relation avec l’administration du BIR du pays.

L’opérateur dont il s’agit dans cette actualité a pour appellation SAFYI, pour Synchronization Anywhere For You Inc. Il s’est illustré durant l’année 2019 par son absence au guichet des impôts de la ville. En clair, l’opérateur n’a pas payé les impôts imposés par la réglementation en vigueur aux Philippines pour les opérateurs étrangers. En tout, l’opérateur doit 114 millions pesos philippins, soit à peu près 2 230 000 dollars américains, sur ses revenus des jeux, à l’administration fiscale philippine pour le compte de l’année 2019.

Aux Philippines, tous les opérateurs ne bénéficient pas du même traitement.  PAGCOR, le régulateur local, a la responsabilité d’octroyer des licences aux opérateurs de jeu de hasard. Pour les firmes étrangères, un dispositif particulier a été élaboré. Il s’agit de POGO, pour Philippine Offshore Gaming Operator. Ces opérateurs étrangers se caractérisent par le fait qu’ils mènent des opérations commerciales pour leurs jeux de hasard sur le marché des Philippines, depuis un pays étranger. Les Philippines comptent aujourd’hui 60 opérateurs de jeu de hasard étrangers.

Une politique fiscale préventive et répressive

Les opérateurs de jeux de hasard installés à l’étranger, POGO, bénéficient d’un régime d’imposition spécifique. On note une taxe de 25 % sur les salaires, des émoluments, des honoraires et des indemnités diverses. Mais la principale taxe qu’ils doivent payer est un impôt annuel entériné par un décret présidentiel. Fixé initialement à 2 %, il est désormais à 5 % des revenus issus des jeux de hasard. Cet impôt devait être réglé par SAFYI en 2019. Comme cela n’a pas été le cas, les autorités n’ont pas eu d’autres choix que de fermer les accès de cet opérateur au marché des Philippines.

Au début du programme, les responsables de POGO et du ministère des Finances ont saisi leur mission qui est de collecter les impôts de ces opérateurs établis à l’étranger qui propose leurs jeux aux parieurs locaux. C’est ainsi que de nombreux services POGO ont fermé.

Toutes ces dispositions ont été prises par le gouvernement des Philippines, afin de lutter contre les manœuvres illégales des opérateurs de jeu de hasard étrangers. En effet, il s’agit pour le pays de lutter contre le travail au noir des Chinois notamment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here