Partouche : les navettes pour le transport des joueurs tombent à l’eau

0
30
Partouche

Depuis le vendredi 28 juin dernier, le casino de Boulogne-sur-Mer a cessé toute activité et fermé ses portes. L’établissement prévoit de rouvrir sous l’enseigne Golden Palace avec un autre gérant désigné par la municipalité. Ayant vent de cette décision, le groupe Partouche met en place une stratégie assez expéditive. Celui-ci propose une navette gratuite afin de transporter les joueurs de la commune vers ses maisons de jeu de Calais et Touquet. Contre toute attente, la méthode n’a pas marché et personne n’a répondu présent.

Plusieurs bus et presque pas de passagers !

L’exploitation du casino de Boulogne-sur-Mer a été confiée au groupe Partouche jusqu’à ce vote du 26 février. En effet, le Conseil Municipal de la commune a tranché le retrait du contrat de délégation de service public. Situé sur le long de la Place de la République, l’établissement reste un haut lieu du divertissement et accueille des milliers de visiteurs chaque année. Désormais, la ville a choisi de conclure un nouvel accord avec l’entreprise belge Golden Palace. La firme vient de récupérer les clés des lieux samedi dernier. De ce fait, le casino de Boulogne-sur-Mer devra bientôt changer de nomination et sera entièrement actif à partir du 10 juillet prochain. Ce décret demeure à travers de la gorge du groupe Partouche qui compte bien riposter en attaquant la ville devant le tribunal Administratif et en réclamant 13 millions d’euros d’indemnités. Les deux principaux concernés sont au coude-à-coude et ne se laissent pas intimider.

Partouche ne se laisse pas faire et lance une contre-attaque en déjouant les plans de la ville et du repreneur de son casino. Le groupe a eu recours à un réseau de navettes gratuites à destination des joueurs. Le but de cette intervention consiste à les rediriger vers les casinos Partouche de Calais et du Touquet. Concernant les horaires, les bus seront disponibles de 10 h à minuit et s’arrêteront toutes les deux heures à Boulogne-sur-Mer. Malheureusement, la méthode n’a pas eu le résultat escompté puisque le premier bus n’a eu qu’une seule passagère. Selon un chauffeur, les navettes circulent sans passager à bord. L’intéressé pense que le problème provient probablement d’un problème de communication et un manque de professionnalisme évident. Cette affaire ne semble guère donner raison à Partouche en employant des moyens peu orthodoxes et mal préparés. Reste à savoir si les habitants seront au rendez-vous dans les prochains mois à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here