Partouche adopte une nouvelle stratégie pour faire face à la crise

0
276
Partouche

La crise n’a pas été tendre avec les établissements de jeux en France. Pour s’en remettre, les casinotiers doivent mettre en place de nouvelles stratégies. Le groupe de casino Partouche a trouvé une solution pour faire face à la crise et relancer ses activités mises à mal par des interdictions et des réglementations diverses.

A tous ces revers s’ajoute la difficulté à concurrencer la Française des Jeux (FDJ) dans la mesure où le secteur privé et l’opérateur public ne s’affrontent pas à armes égales. Le numéro deux du secteur en France veut lancer le bingo dans ses établissements en 2015 comme l’a annoncé Fabrice Paire, le patron du groupe.

Le groupe Partouche, deuxième plus grand acteur dans le domaine du Jeux d’argent en France, possède 46 casinos, 15 hôtels, 130 restaurants, un établissement thermal, 2 golfs et 3 plages. Le groupe a connu ces dernières années quelques déboires (baisse de fréquentation et des recettes…) à cause de la crise et l’interdiction de fumer dans les salles de jeux. Cette règlementation plus que contraignante a généré une perte considérable pas seulement pour le groupe, mais pour autres établissements de jeux en France tels que le groupe Barrière.

La concurrence de la FDJ, que Fabrice Paire qualifie de déloyale, participe largement à l’essoufflement du secteur des casinos. Le développement des activités et la croissance fulgurante enregistrée par l’opérateur public ont eu un impact négatif sur les revenus des établissements de jeux privés. Selon lui, les tickets à gratter et les machines à sous sont très similaires et attirent le même type de clientèle, ainsi les tickets à gratter ont l’avantage. Si la FDJ a comptabilisé 13 milliards d’euros de ventes en 2014 grâce à ses 33 000 points de vente agréés, le marché des casinos n’a enregistré que 2,123 milliards d’euros.

Le Bingo, une stratégie gagnante ?

Le groupe Partouche est beaucoup plus optimiste actuellement après quelques restructurations pour assainir sa situation financière (réorganisation de la dette, cession d’actifs, économie…). Contrairement à son concurrent Barrière qui concentre ses efforts sur les hôtels, Partouche veut apporter du neuf à ses clients. Le groupe met plutôt l’accent sur le jeu en investissant dans des machines à sous (assurant 90 % des revenus d’un casino) et en introduisant dans ses salles le Bingo en cette année 2015.

Lors d’une soirée-test, 900 amateurs de Bingo ont répondu présents. Cette soirée s’affiche comme étant la seconde meilleure soirée des casinos Partouche sur un an. Fabrice Paire et toute son équipe croient en ce jeu qui élargira la clientèle des casinos Partouche. Le groupe espère faire du Bingo un évènement exceptionnel qui lui permettra de rassembler en une seule soirée des centaines de joueurs. Les salles des casinos sont d’ailleurs déjà assez grandes pour accueillir autant de participants.

Le groupe Partouche n’attend plus que l’approbation de l’État pour lancer la machine. Il est disposé à attirer dans ses salles une nouvelle clientèle, des personnes qui ne fréquentaient pas les casinos jusqu’ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here