Le numérique révolutionne les jeux d’argent et de hasard

0
16
Jouer en ligne

Avec une concurrence grandissante, les jeux d’argent connaissent un bouleversement notamment en raison de la révolution numérique. Entre les jeux à gratter, le loto et le PMU, bon nombre de consommateurs préfèrent jouer en ligne pour éviter les déplacements auprès des points de vente.

L’engouement pour les jeux en ligne

En France et ailleurs, les casinos virtuels attirent de plus en plus d’utilisateurs avec un taux de fréquentation hautement élevé. En effet, le marché engrange des milliards d’euros, soit 8 milliards d’euros au cours de l’année 2015. Aujourd’hui, la tendance revient au poker en ligne qui regroupe des milliers de passionnés dans le monde entier. Selon l’Observatoire des jeux en France, cette discipline représente au moins 65 % des mises réalisés sur les casinos en live et terrestres. D’après l’ARJEL, l’autorité de régulation des jeux en ligne, une hausse de 11 % sur le produit des jeux a été constatée ces dernières années. Cette augmentation concerne également l’intérêt des internautes sur ce type de prestation. Les Français consacrent 10 % de leurs dépenses dans les jeux d’argent, aux loisirs et à la culture, soit 188 euros par habitant, confirme l’ODJ.

Avec de nouvelles offres et des jackpots importants, beaucoup tentent leur chance et aimeraient bien toucher le pactole. La liste regroupe une multitude de formules avec les paris sportifs et hippiques en ligne, les jeux de table, les machines à sous et les tickets de grattage. La Française des jeux détient le monopole et bénéficie d’un chiffre d’affaires assez conséquent. Malgré tout, les paris sportifs tentent de redresser la barre et fournissent un service en ligne en atteignant les 2,080 milliards en 2016. Le secteur enregistre une augmentation de 20 à 30 % depuis l’ouverture de l’activité sur le marché.

D’ici, 2020, le PMU ainsi que la FDJ comptent bien se diriger vers le digitale en proposant des ventes numérisées. Le projet vise à accroître la rentabilité et séduire de nouveaux acteurs dans le domaine. Du côté de PMU, l’objectif reste l’étranger en prévoyant une forte progression des enjeux hippiques. Quant à la Française des jeux, un budget de 500 millions d’euros sera destiné à la mutation digitale du secteur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here