L’industrie britannique des jeux de hasard face à une nouvelle tempête médiatique

0
8
Royaume Uni

L’épidémie du Coronavirus touche le monde entier faisant des milliers de victimes depuis sa propagation. En outre-Manche, les médias britanniques s’intéressent de près à cette pandémie laissant de côté l’industrie du jeu. Par ailleurs, l’impact positif du Betting & Gaming Council (BGC) a fortement limité les critiques des médias.

Les bookmakers vus sous un mauvais œil

Dans l’édition de Gambling Insider magazine, le BGC travaille sur les accusations sans fondement des médias traditionnels. Ce dernier s’est également efforcé de mettre la pression au gouvernement britannique pour annuler une décision récente concernant l’aide apportée aux sociétés de jeux face à cette crise sanitaire. Une initiative qui lui a valu les éloges des professionnels du secteur et des divers organismes. À cause du Coronavirus, la dénonciation des bookmakers a considérablement baissé. Ce qui a ralenti le programme antijeu en se consacrant plutôt sur les différents aspects de la vie de la population. Néanmoins, l’influence des entreprises de paris n’est pas passée inaperçue notamment l’apparition d’offres jugées inacceptables. Par exemple, l’implication de plusieurs sociétés de jeux d’argent à Singapour qui proposent des options illicites sur le décompte régulier des décès causés par le coronavirus. Les faits ont été relatés au journal Daily Mirror en ne citant aucun site sous licence au Royaume-Uni.

Du côté de la population, un site de paris détenant ou non une licence est toujours susceptible de conduire à des dérives. Une perception qui pourrait encore ternir l’image de l’industrie des jeux. Afin d’étudier la situation, l’équipe communautaire du Guardian a demandé au public de décrire les changements de leur vie en lock-out. Actuellement, les plateformes de jeu enregistrent un taux de fréquentation record et cette augmentation se ressent surtout sur le marché du poker en ligne. En étant confinés, les joueurs se redirigent essentiellement sur les sites de paris pour passer le temps. Et cet engouement n’est pas passé inaperçu auprès des médias qui parlent d’un risque accru de dépendance.

Dans tous les cas, les opérateurs devraient se préparer à une nouvelle vague de contrôle des médias dans les prochains mois à venir. Tous sont concernés même les sociétés de jeux réglementées et certifiées à Malte, Gibraltar et au Royaume-Uni. Des actions ont été menées dans le but de réduire les exploitants et par la même occasion, les offres de jeu. En France, les bonus de poker ont été interdits tandis qu’en Espagne, les campagnes publicitaires destinées aux jeux de hasard sont soumises à d’importantes restrictions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here