Les femmes beaucoup plus amenées à devenir addictives aux jeux

0
810
Addiction femmes

Le nombre d’établissements de casinos continue à se développer à une vitesse effrénée, mais les programmes de lutte contre la dépendance au jeu ne suivent, quant à elle, le rythme. Selon les estimations, environ 2 millions d’adultes répondent aux critères de «jeu pathologique».

La dépendance au jeu affecte les hommes et les femmes de toutes les classes socio-économiques, selon les chiffres du Conseil national du jeu compulsif.

Avant 2005, Sandra Adell n’avait jamais mis les pieds dans un casino. Mais quand un ami de 59 ans, professeur à l’Université de Wisconsin-Madison lui a demandé de l’accompagner au casino Ho-Chunk à environ 45 minutes de chez elle, elle a catégoriquement refusé de s’y rendre. Comme Adell a traversé l’expérience de l’addiction au jeu, elle ne souhaite pas renouveler l’expérience. Adell, confirme : elle s’assit à une machine, et au moment où elle se lèvera pour arrêter de jouer, c’est parce qu’elle n’a plus un centime pour alimenter le bandit manchot.
« A ce moment même, je réalise que le casino est devenu mon guichet automatique de banque personnel« , ajoute Adell, auteur d’un livre qu’elle a écrit en 2011 « Confessions of a Slot Machine Queen. »

En jouant de façon addictive. Adell s’est éloignée rapidement de son cercle social, renonçant aux repas avec les amis et les moments des dimanches avec la famille. Tout simplement parce qu’elle avait l’impression de vouloir jouer et qu’elle n’avait plus le temps pour sa famille. Elle ne pouvait plus s’en passer. « Tout ce que je voulais faire était de jouer dans un casino», dit-elle, ‘[…] c’était tout ce que je voulais faire.. […] »

La dépendance au jeu peut enfoncer les gens en une personne qui ne se soucie uniquement que de leur prochain pari. Selon le Conseil national sur le jeu compulsif, on estime que 2 millions d’adultes aux États-Unis répondent aux critères du «jeu pathologique», et 4 à 6 millions de personnes sont considérées comme des «joueurs compulsifs». C’est une dépendance trouvée entre les classes moyennes.

Contrairement à la croyance populaire, l’écart entre le nombre de joueurs compulsifs masculins et féminins se referme. On remarque cependant que le nombre de femmes est beaucoup plus compulsif que les hommes. Cela répond également aux conséquences de la hausse du coût de la vie aux États-Unis.

Les comportements sur les paris varient selon le sexe. Les hommes sont plus susceptibles d’être des «joueurs d’action», ce qui signifie qu’ils ont tendance à parier dans des jeux qui impliquent des compétences (par exemple, le poker ou le blackjack), tandis que les femmes ont tendance à être «des joueuses de secours », ce qui signifie qu’ils sont plus attirés par les machines qui sont basées sur la chance. Et lorsqu’on décide de jouer, c’est parce qu’ils veulent oublier tout simplement problèmes de la vie.

Récemment, un casino suisse a été condamné pour avoir laissé un homme se ruiner dans un casino pour avoir laissé un joueur invétéré se ruiner au jeu. Le tribunal administratif fédéral de Suisse a condamné le casino a une amende de 3 millions de Francs. Tout s’est déroulé entre l’année de 2005 et de 2008 où un homme, père de famille à la tête d’une société immobilière avait joué plus de 25 millions de francs. Addicté et très attiré par les jeux d’argent, il aurait perdu environ 4 millions de francs. Une enquête avait été ouverte par la commission fédérale des maisons de jeu. L’autorité des jeux de casinos a alors décidé après analyse que l’homme n’était pas responsable de ce qu’il fît. Les caméras de surveillance ont prouvé que son addiction devait être prise au sérieux et était le reflet d’un abus de confiance par l’établissement de jeux. 3 millions de Francs d’amendes ont été requis. Le casino devra payer en espèces.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here