Les casinos belges en pleine crise

0
244
Belgique

Les établissements de jeux d’argent ne garantissent plus autant de bénéfices du côté de la Belgique. Plusieurs gérants de casinos ont déjà vendus leurs structures suite à plusieurs semestres dans le rouge. Le groupe Partouche, est bien à l’image de ce manque de bénéfice. L’entreprise française vient de vendre plusieurs de ses établissements pour réduire leurs différentes dettes.

Nous vous l’avions déjà expliqué dans un précédent article. Partouche a déjà vendu deux casinos sur les quatre dont il est propriétaire. Il est important de savoir que nous avons recensé neuf casinos sur le territoire belge. Un chiffre qui s’annonce à la baisse dans les prochaines années.

Partouche a cédé à bon prix le casino de Knokke et celui de Dinant. Mais ce n’est pas tout ! Les établissements d’Ostende et de Chaudfontaine vont subir le même sacrifice. Mais ce n’est pas pour autant que les casinos vont fermés. Ils vont être réaménagé et obtenir un nouveau gérant.

Comme nous l’a expliqué le président d’une association, qui regroupe tous les casinotiers en Belgique, il est très difficile de sortir de la zone rouge pour les différents établissements.

Le problème en Belgique est arrivé dès le début d’année 2012. Le déficit a été important durant toute une année. Depuis, aucun groupe n’a réussi à redresser la barre. Nous ne notons aucune amélioration intéressante pour l’année 2013. A l’image du groupe Partouche, qui vend quatre casinos situés en Belgique.

Il est important de savoir que la crise n’a pas seulement touché la Belgique. Avec l’arrivée d’une très forte concurrence, les établissements terrestres ne peuvent s’aligner. L’ouverture du marché des jeux d’argent en ligne est accusée en première ligne.

Si nous ajoutons à cette forte concurrence des taxes atteignant près de 50% des recettes de la structure, nous pouvons facilement comprendre le problème de déficit depuis déjà deux années.

La Belgique elle aussi a dû subir les conséquences de plusieurs lois. Tout d’abord, l’interdiction de fumer dans les lieux publics puis une loi contre le blanchiment d’argent qui fait fuir les meilleurs clients.

Il devient donc très difficile de rivaliser avec les grosses écuries qui prennent place sur la toile. Il y a toujours une attirance pour les casinos terrestres et leurs célèbres machines à sous. Mais cet équipement n’engendre pas 100% des recettes des établissements.

Il faut trouver des solutions parcelles avec la concurrence, c’est à dire avec le marché en ligne. Comme nous l’a prouvez Partouche. Le groupe français a un partenariat intéressant avec Bwin, par exemple.

Le gérant du Grand Casino de Bruxelles est lui aussi dans une sale affaire. Pour l’année 2012, il a affichait plus de 100 millions d’euros en perte. Une valeur qui fait froid dans le dos. Si nous ajoutons à cette perte, une suspension d’activité de son site internet la nuit pendant plus de trois mois, voilà où se situe le célèbre casino de Bruxelles.

De nombreux investisseurs se sont déjà précipités sur l’occasion pour tenter de redresser la barre et faire des bénéfices dans ce secteur d’activité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here