Le Royaume-Uni réduit à 2 £ la mise maximale des FOBTs

0
14
Royaume Uni

À la suite de nombreuses réflexions datant de plus d’un an, le gouvernement de la Grande-Bretagne tranche sur 2 £ pour les mises maximales des FOBTs (Fixed Odds Betting Terminals) au lieu de 100 £ auparavant.

Une décision prise à l’encontre des bookmakers

Les associations de protection des joueurs et les bookmakers ne partagent pas la même opinion concernant la limitation des mises des FOBTs. En effet, cette annonce faite par le gouvernement de la Grande-Bretagne a pas mal secoué les bookmakers. Quant à la partie adversaire, c’est un jour de gloire. En comparaison avec les revenus dégagés par ces FOBTs (1,8 milliard de livres sterling par an), les machines occasionnent beaucoup de pertes pour les joueurs. D’ailleurs, d’après les informations reçues, un parieur aurait dilapidé 13 777 livres sterling en l’espace de sept heures.

Le gouvernement britannique se doit d’agir en conséquence en regard des problèmes causés par ces machines. Leur seule solution, jusqu’à présent, est de baisser la mise de 100 £ à 2 £. Les bookmakers ont lancé un appel au gouvernement par rapport à cette décision catégorique. Selon eux et la Commission de jeux, les FOBTs sont d’importantes sources d’argent pour l’industrie de paris. Cette limitation sans précédent engendrerait bien des soucis dans le secteur des jeux d’argent.

La faillite est au rendez-vous

En tenant compte de l’avis des bookmakers, la diminution de mise ne doit pas être inférieure à 20 livres sterling. Cela dit, la décision du gouvernement est sans appel. Les « terminaux de prise de paris à coût fixe » doivent respecter cette baisse significative de 2 £. Non seulement cette réduction aura un impact sur les joueurs au cours de leurs sessions de jeu, mais également sur les bookmakers. Ces derniers devront oublier les intérêts produits par les fameux FOBTs. Vue sous cet angle, c’est un coup dur pour eux.

En outre, plus de 33 000 de ces machines circulent dans plusieurs boutiques de paris sous la direction de William Hill, Ladbrokes ou Paddy Power. Cette baisse peut toucher dangereusement les chiffres d’affaires des bookmakers. D’après l’Association des Bookmakers britanniques, les conséquences de cette résolution ne concernent pas seulement les boutiques de paris. Selon leur estimation, près de 4 000 boutiques devront fermer leurs portes et 21 000 employés seront sans emploi. La compagnie William Hill verra son bénéfice d’exploitation chuter de 100 £ millions par an et 120 £ millions pour GVC Holdings.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here