Le jeu en ligne, un danger pour les joueurs compulsifs

0
225
Addiction

On estime que 76 millions d’Américains se sont rendus dans un casino en 2012, et d’après un article récemment publié par le Daily Record, les addictions aux jeux d’argents touchent entre 2 et 5% des joueurs. La récente montée en flèche des jeux en ligne et de ses toutes nouvelles gammes de jeu représente t-elle un danger pour le joueur compulsif ?

La croissance rapide de l’industrie du jeu couplée à une évolution technologique a déclenché une nouvelle vague d’options de jeux disponibles pour les joueurs à travers le monde.
En 1995, le premier casino en ligne est naît, offrant à ses joueurs 18 options de jeux différentes. En 2006, l’industrie a déclaré avoir gagné 10,0 milliards de dollars. Le New Jersey quant à lui, s’attend à une croissance à 3 chiffres en ce qui concerne le nombre de joueurs en ligne.

Un sondage d’opinion réalisé par l’association américaine du jeu en 2013 révèle que 85% des Américains pensent que jouer à des jeux d’argent est un passe-temps comme les autres. Chez les personnes âgées de 21 à 39 ans, le taux monte jusqu’à 89%. Quatre Américains sur cinq déclarent avoir parier au moins une fois dans leur vie.

Historiquement, la communauté psychiatrique a considéré le jeu compulsif plus comme un besoin qu’une véritable addiction, en pensant que le jeu était plutôt une façon de réduire l’anxiété. Cependant, l’association psychiatrie américaine (APA) a officiellement classé le jeu compulsif comme un « trouble du contrôle des impulsions » en 1980, le regroupant ainsi avec des maladies comme la cleptomanie ou encore la pyromanie. L’APA a finalement reconnu le jeu compulsif comme addiction en mai 2013.

Dans le cadre de la reconnaissance de l’APA du jeu comme une dépendance, l’association a démontré des similitudes frappantes entre addiction au jeu et toxicomanie. Les données montrent que les accros au jeu et les toxicomanes partagent certaines prédispositions génétiques pour l’impulsivité et la recherche de récompense. Tout comme les toxicomanes qui ont besoin d’une dose plus forte pour ressentir les effets, les joueurs pathologiques ont tendance à prendre de plus gros risques en pariant.

Certains pensent que le jeu en ligne donne plus de moyens aux accros du jeu de poursuivre leur habitude tout en leur offrant un accès 24 heures sur 24.

Un article récemment publié par le Times révèle que 10 Etats ont envisagé d’autoriser ou ont autorisé les jeux en ligne.En avril 2013, le Nevada a autorisé le poker en ligne, et en décembre le New Jersey légalise le poker ainsi que les jeux de machines à sous en ligne. Le Delaware a également lancé une gamme de jeux sur Internet.

Comme les options de jeux en ligne continuent à gagner de la popularité, certains s’inquiètent que ceux qui tentent de combattre leur addiction au jeu voient leur état empirer.
Robert Williams, un spécialiste dans le monde du jeu, a déclaré que le jeu même si il est pratiquement rarement (comme le loto) a des taux d’addiction très faible. Cependant, les machines à sous, qui stimulent les joueurs toutes les 5 secondes, ou encore les casinos ont un impact plus fort.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here