Le groupe Partouche veut se développer sur le marché des casinos au Japon

0
16
Partouche

Afin d’étendre son influence dans le secteur des casinos, le numéro deux français, Partouche, envisage de se lancer sur le marché japonais dans le cadre d’un programme en phase de préparation depuis des années. Le groupe désire obtenir le statut d’exploitant au cours de ce processus en prévoyant de s’impliquer dans le développement d’un grand complexe de loisirs sur le territoire.

Une ambition à l’international

Au Japon, les futurs casinos sont de taille imposante proposant de nombreuses prestations dédiées à une clientèle internationale. D’après le président du directoire de Groupe Partouche, Fabrice Paire, les établissements de jeu fournissent un service d’envergure et comprennent 3 000 à 5 000 machines à sous ainsi que de 200 tables de jeu. L’opérateur espère profiter de l’aubaine et prévoit de s’implanter dans le pays.

Actuellement, le Japon ne possède pas de casinos, mais essentiellement des salles de jeux de Pachinko, une sorte d’appareils qui mélange les fonctions du flipper et de la machine à sous. L’objectif de l’entreprise consiste surtout à créer des mégas complexes comprenant divers espaces liés aux loisirs et au divertissement. Il s’agit de structures régionales intégrant un casino, un service d’hébergement, des restaurants, des salles de conférences, séminaire ou de congrès ainsi que des boutiques en tous genres. Selon le responsable Fabrice Paire, l’investissement s’élève à plusieurs milliards de dollars compte tenu du nombre d’offres disponibles. De ce fait, la société française s’engage sérieusement sur ce projet notamment le président du conseil de surveillance, Patrick Partouche. Ce dernier a pris la décision de rejoindre dans le but de prouver son implication entière à ce projet. Dans un communiqué, le groupe a affirmé que ce trust rassemble Pixel Compagnyz Inc. une firme japonaise cotée en bourse spécialisée dans le développement technologique, de l’informatique financière, de la production d’énergie solaire et TTL Resorts, une société qui promulgue des conseils dans le domaine du tourisme.

Le groupe Partouche souligne qu’il ne sera nullement un investisseur, mais un exploitant qui procure son savoir-faire et son expérience dans la gestion de casinos. Fabrice Paire a indiqué que l’opérateur devra répondre à toutes les exigences des autorités japonaises en privilégiant sa réputation sur le plan mondial. Par conséquent, les candidatures sont nombreuses en citant entre autres des Américains, Asiatiques, Sud-Africains et bien d’autres. En France, le groupe Barrière examine également la question d’un éventuel partenariat avec le Japon. De son côté, Partouche étude les différents avantages et les principales démarches d’un tel processus. Aucun détail n’a été écarté, par exemple, les atouts de certaines préfectures et les normes misent en place.

Dans tous les cas, le projet est encore en phase de préparation et sera sûrement reporté en raison de la crise sanitaire provoquée par la pandémie mondiale de Covid-19. Bon nombre de candidats ont décidé de laisser tomber ou de réfléchir à une autre alternative. Dans la liste, on retrouve Las Vegas Sands et Wynn Resorts qui préfère limiter les dégâts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here