Le Groupe Partouche dénonce une diffamation dans l’affaire du casino 3.14 de Cannes

0
46
Partouche

Le grand casinotier Partouche se révolte. Après les accusations portées sur deux dirigeants de son établissement à Cannes, le groupe se met du côté des défendeurs au côté des demandeurs. En effet, très récemment, le groupe a porté plainte contre X pour violation d’instruction et diffamation. D’après leur déposition, le groupe se pose donc comme victime dans cette affaire.

Partouche se porte en victime dans l’histoire

L’établissement de Partouche du 3.14 étant porté en préjudice, l’affaire prend une autre tournure. Au début du mois de mars, deux dirigeants du casino 3.14 sont inculpés dans une opération de blanchiment d’argent et abus de bien sociaux. Ils sont donc menés à une mise en examen pour des enquêtes. Alors que l’inculpation porte sur l’établissement et de ses gouvernants principalement, l’objet prend une nouvelle ligne à partir du 26 avril. Le groupe revient sur ses échelons et porte plainte pour diverses raisons.

La cause principale porte sur le processus de l’enquête établie lors de la mise en examen. D’après les suppositions du casinotier, la police ainsi que les médias auraient ignoré certaines des obligations vis-à-vis d’une enquête. La chaîne M6 a délibérément publié des informations privées concernant les examens. D’après, la plainte posée, une caméra a toujours été présente lors de ces examens de la police. Cela dit, divers faits sont donc diffusés sur la chaîne. Or, cela devrait être interdit.

Une situation qui met le prestige du groupe en péril

Le premier fait cité dernièrement n’est pas la seule cause de la plainte de Partouche. Notamment, le chef du service central des courses et jeux a également élaboré une interview concernant cette opération de Cannes sur France Bleu Azur. Une interview, que seul le procureur de la République aurait le privilège de faire.

Du fait de ces actes, Partouche reste donc plus ou moins une victime dans toutes ces poursuites. D’ailleurs, à cause de ces propos publiés partout dans les médias, le groupe commence peu à peu à perdre son prestige. Il perd actuellement environ 20 % du cours de sa bourse. Cependant, en réponse à ces actes que le groupe trouve illégaux, celui-ci réclame donc « une réparation intégrale du préjudice subi ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here