Le Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Besançon fait une étude des accros au poker en ligne

0
14
Poker

De plus en plus de Français se lancent dans les jeux d’argent de diverses catégories. Concernant le Poker en ligne, le CHRU de Besançon se lance dans l’étude des comportements des joueurs de Poker lors d’une partie.

Les statistiques sont étonnantes

Selon les précédentes études, à peu près 5 pour cent de la population seraient actifs dans le monde des jeux d’argent. Cela représente environ 2,4 et 2,9 millions de Français. Parmi eux, environ 250 000 personnes souffrent d’une addiction à ce jeu. Par conséquent, l’objet de l’étude est de savoir les réactions et les principales activités cérébrales pendant le jeu. Le CHRU invite 53 personnes pour participer à l’étude. 1,3 pour cent de la population serait addict au jeu en général. Et selon les propos de la Dre Julie Giustiniani : « Ce qui, en termes d’épidémiologie, est énorme. D’autant que la demande de soins sur l’ensemble de la population est au mieux de 4 %, ce qui est minime. »

Qui seront les personnes étudiées ?

La Dre Julie Giustiniani a déjà fait quelques observations à ce sujet selon lesquelles, les joueurs de poker en ligne se situent dans les trentenaires. Cette étude s’appelle « Blunder » et se focalise sur l’étude de quelques personnes sélectionnées selon des critères précis. Il faut que celle-ci soit la plus objective possible même si cela concerne l’étude de différentes personnes. Les chercheurs sont donc en quête de plusieurs hommes de 18 à 40 ans étant droitiers, n’ayant aucun antécédent psychiatrique ou psychologique, ne sachant jouer qu’au poker en ligne, n’est pas inclus dans l’objet d’une recherche biomédicale, boit de l’alcool et consomme du tabac, mais seulement occasionnellement ; et ne consommant pas de substance psychoactive.

Sur les 53 personnes dont l’établissement veut faire ses études, seulement 18 personnes ont répondu présentes jusqu’à maintenant. La sélection des candidats commence avant tout par une communication à distance (par téléphone ou par mail). Un entretien téléphonique est alors enclenché. La personne répond à quelques questions relatives à ces activités en tant que « joueur ». Après cela, deux demi-journées seront prévues pour l’étude proprement dite. Pendant la première demi-journée, la personne en question répond à un autoquestionnaire de personnalité. Ensuite, un électroencéphalogramme haute résolution est installé sur la personne pendant que cette dernière joue à un jeu informatique pour observer son activité cérébrale. Pendant la deuxième demi-journée, on recommence le même procédé, mais avec un autre jeu. C’est là que le verdict final sera donné au joueur et la raison pour laquelle il y a cette addiction du jeu et la manière dont comment on pourrait y remédier.

Si jamais vous êtes tenté de participer à l’étude, vous devez contacter l’adresse [email protected] ou appeler au 03 81 21 90 08.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here