Le casino de Juan reste aux mains du groupe Partouche

0
60
Casino Juan-les-Pins
La prestigieuse entrée du casino de Juan-les-Pins

Même si les négociations ont été un peu difficiles, le casino de Juan est toujours sous la gestion du groupe Partouche. Entre la ville et le groupe, un accord a été signé. Il faut noter que le groupe Partouche a été le seul candidat à postuler pour l’exploitation ou devrions-nous dire plutôt pour le maintien de la gestion. Après de longs échanges et une première offre refaite, le groupe Partouche est toujours à la tête du casino.

Une crise qui a persisté

En 2014, une crise de confiance a éclaté entre le groupe Partouche et la mairie de la ville. Il faut dire que depuis 1997, le casino de Juan a été géré par Partouche. La crise commence quand la mairie a décidé de lancer un appel pour une procédure pour la délégation de service public. La SA Casino Eden Beach a été la seule à postuler. L’échéance prévue pour l’appel était le 31 décembre 2015.

En décembre 2014, le conseil municipal a décidé de rejeter l’offre. La mairie a jugé que la proposition n’était pas acceptable. En effet, le groupe a proposé la modification sur le prélèvement annuel qui va dans la caisse de la ville. Ce prélèvement effectué sur le produit brut des jeux ou PBJ était de 15%, mais le groupe Partouche a proposé une baisse en passant à 5.5%.

Toutefois, le maire Jean Leonetti est resté ferme et a été clair dans ses propos : il n’est pas question d’aller en dessous des 10%. Mais la mairie a également soulevé que les 450 000 euros de participation pour le MAQ était insuffisant. Après cet épisode, la mairie a décidé que l’appel était sans suite. Ensuite, une nouvelle procédure a été lancée.

Un accord enfin conclu

Après qu’une nouvelle procédure ait été lancée, la mairie a décidé de repousser le terme au 31 janvier 2016. À ce nouvel appel, la SA Casino Eden Beach a aussi remis en marche sa candidature. Toutefois cette dernière a modifié sa proposition. Le conseil municipal s’est planché dernièrement sur celle-ci et a fini par l’accepter. Le casino a modifié sa demande et s’est décidé a s’aligner aux 15% pour le taux de prélèvement au PBJ.

Selon un chiffre prévisionnel, ces 15% équivalent à 1.527.275 euros. D’autres engagements ont été aussi faits notamment celui de payer 500 000 euros chaque année pour participer aux manifestations artistiques de qualité, connues sous l’abréviation (MAQ). Cela a été fait afin de contribuer au festival Jazz à Juan. Outre cela pour l’organisation d’animations comme un feu d’artifice ou autre, le casino devra verser 35 000 euros.

Le maire se félicite, mais les avis divergent

Le maire Jean Leonetti s’est félicité de cet accord où il a affirmé que sa fermeté a porté ses fruits. Il n’a pas manqué de dire durant le conseil municipal que les négociations étaient particulièrement très tendues. Cette fois-ci, il a aussi reçu le soutien de Cécile Dumas du Front de Gauche qui n’est pas une fervente adepte des jeux d’argent et qui en est contre. Elle a quand même tenu à faire remarquer qu’elle approuvait la recette des jeux et ce que cela représente notamment qu’actuellement la politique d’austérité est adoptée.

Pourtant, Michèle Muratore qui est de la Gauche Unie, solidaire et écologique n’est pas de cet avis. Le compte prévisionnel de la SA Casino Eden Beach est bénéficiaire. Il y a une incohérence selon elle, car d’après les chiffres donnés par les résultats des années précédentes, la tendance est au déficit. Toutefois le pari est lancé et les résultats seront, les seuls jugent, de cette affaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here