La Coalition avenir Québec envisage de transformer le Salon de jeux québécois en casino

0
21
Quebec

La Coalition avenir Québec ou CAQ souhaite déplacer les Salons de Jeux dans un quartier touristique pour faire un casino. Mais les gens des affaires de Charlevoix appréhendent déjà ce projet. Surtout, pour le Casino de Charlevoix qui subsiste à La Malbaie.

Un très grand projet

Selon la Coalition, le pays québécois dispose de ce que l’on appelle un Salon de jeux. Le Loto-Québec situé dans le centre commercial gère les intérêts pour le moins restreint du secteur de jeux de hasard au Québec. Si le projet de déménagement gagne les élections du 1er octobre, la formation politique dirigée par François Legault s’engage à faire un sondage dans les six mois ou un an pour trouver un lieu où implanter le Salon de jeux. D’après les propos du député François Bonnardel à La Presse, le projet pourrait s’étendre sur un mandat. Par ailleurs, toujours selon ses dires, le Québec est une très grande ville. C’est un emplacement favorable à un établissement de jeu. De plus, compte tenu des estimations, le futur casino pourrait siéger dans le coin du Vieux-Port. Cela dit, ce n’est qu’une hypothèse. Grâce aux mouvements du secteur touristique au centre commercial de Fleur de Lys, c’est l’endroit idéal pour un casino au lieu d’un Salon de Jeux.

Un programme qui fait polémique

Malgré le projet ambitieux, tous ne l’entendent pas de la même oreille. En effet, la CAQ livre une guerre contre l’économie de Charlevoix. Le président de la Chambre de commerce de Charlevoix, Julien Dufour atteste que le Casino de Malbaie est plus que prévenant, car la maison de jeux entend très souvent des nouvelles de cette sorte. Heureusement, ce ne sont que des utopies, dit-il. Chez le Parti québécois, la députée de Taschereau, Agnès Maltais réfute avec ardeur le projet caquiste. Suivant les offres additionnelles proposées aux touristes, c’est un véritable affront à l’encontre de l’économie charlevoisienne selon elle. Aucun commentaire ne s’est fait entendre de la part de la Chambre de Commerce et le cabinet du maire Régis Labeaume. Quant au ministre des Finances, Carlos Leitão, la délocalisation du Salon de Jeux ne résout en aucun cas le contrôle des jeux pathologique.

Pourtant, la CAQ affirme œuvrer pour la santé publique. Quand bien même le rendement pourrait être conséquent pour la loterie québécoise, M. Bonnardel insiste sur le fait de secourir la population vulnérable. Dans le cadre d’une intervention à la santé publique, il démontre que l’argent des touristes est bien plus important que celui des nécessiteux. Cependant, la Direction de la santé publique de la Capitale-Nationale n’a émis aucun commentaire vis-à-vis du projet de la CAQ. Affaire à suivre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here