Un homme accuse un médicament qui lui aurait poussé à dépenser 25 000 $ dans un casino en ligne

0
96
Abilify Aripiprazole
Abilify Aripiprazole

Un antipsychotique qui plonge un homme dans une certaine dépendance aux jeux en ligne, c’est l’histoire presque incroyable, mais pas rare d’un jeune homme de 25 ans. En effet, il accuse un médicament a le poussé dans une dépendance temporaire. Il est devenu pour un temps un joueur compulsif et il a dépensé dans cette folie la belle somme de 25 000 $. Cela s’est fait en à peine quelques mois.

Un médicament coupable pour avoir mené vers le jeu compulsif

Cet homme qui a été poussé par un médicament antipsychotique est un jeune de 25 ans qui s’appelle Simon Bergeron. Il lui a fallu seulement quelques mois pour dépenser ses 25 000 $ pour des jeux sur un casino en ligne. D’après Santé Canada qui a suivi l’affaire de prêt, il s’agit bien d’un effet secondaire, mais rare, du médicament. Le jeune homme témoigne et affirme qu’il n’a jamais été un joueur compulsif.

D’après ses dires, quand il allait au casino avec 20 $, il ne dépensait même pas la totalité de la somme. Mais après avoir pris le médicament, il est devenu accro aux jeux. Il a affirmé qu’il avait tout le temps envie de jouer et cela est devenu très vite une obsession chez lui. Suite à cela, il a tout perdu, selon ses explications. Le médicament dont il parle dans cette histoire est un antipsychotique qui est reconnu sur le marché. Il s’agit de l’Abilify ou aripiprazole.

Un cas qui justifie le lien entre le médicament et les impulsions

D’après un examen qui a été effectué par Santé Canada sur ce médicament, le risque existe véritablement. Il a résulté de cette étude qu’il pouvait engendrer des troubles du contrôle des impulsions. Cela inclut en outre l’addiction subite au jeu ou un développement spontané de l’hypersexualité. C’est ce qui est notamment arrivé à Simon Bergeron. Il a commencé à accumuler les dettes sans pour autant avoir conscience qu’il s’agit d’un effet indésirable de l’Abilify.

C’est sa mère qui a reçu l’alerte en tombant sur un avertissement concernant le médicament. Elle témoigne en outre et affirme que son fils avait essayé le casino en ligne. Il lui disait qu’il s’embourbait sans pouvoir prendre une bonne décision. Elle rajoutait que Simon commençait à avoir un comportement bizarre et qui n’était pas dans son genre. Et puis elle fait le lien entre ce qu’elle a lu et le cas de son fils et n’en croyait pas ce qu’elle lisait.

C’est grâce à cette alerte que le jeune a décidé d’aller voir un médecin pour changer de médicament et comme par magie tout s’est remis dans l’ordre. Mais d’après un spécialiste, ce type d’effets n’est pas à généraliser. Il n’exclut pas toutefois qu’il y a réellement des personnes à risque qui développent de telles réactions. Le cas de Simon Bergeron ne serait pas isolé d’après Santé Canada qui a reçu 5 déclarations de dépendance que ce soit au jeu ou une hypersexualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here