Le Groupe Barrière va lancer un casino en Côte d’Ivoire

0
61
Barrière

Le groupe Barrière continue de s’implanter dans d’autres pays dans le cadre de l’internationalisation de son activité. Récemment le groupe français a annoncé l’ouverture d’ici le 1er mai du casino l’éléphant d’or à Abidjan (Côte-d’Ivoire).

Près d’1 an et demi après la signature d’une convention de concession pour l’exploitation et la gestion du casino de l’hôtel Sofitel avec la société des Palaces de Cocody (SPDC), le géant des casinos français va donc pouvoir ouvrir son premier casino en Côte d’Ivoire. C’est ce qu’a annoncé Alain le Gars, actuel directeur général du casino et directeur développement du groupe Barrière Gilles Meillet.

Le nouveau casino Barrière sera implanté sur une surface de 1600 m2. Il comprendra 84 machines à sous. Plusieurs technologies innovantes seront au rendez-vous dans la salle des bandits manchots. Il y aura notamment la roulette anglaise numérique et le cashless (carte prépayée rechargeable). Le casino comportera aussi 11 salles de tables de jeu, dont 4 tables de poker. Les tables de poker seront mises en réseau entre elles pour que les joueurs puissent tenter leurs chances de remporter le jackpot progressif commun d’un montant minimal de 5 millions frs cfa. Une grande première en Afrique de l’Ouest.

Un restaurant, un lounge bar ainsi qu’une salle événementielle d’une capacité de 150 places ont aussi été aménagés au sein du casino d’Abidjan. Plus de 85 employés ont été engagés par le groupe pour assurer le fonctionnement au quotidien du casino.

Avec l’implantation de ce nouveau casino, Alain le Gars, du groupe Barrière pense que la Côte d’Ivoire deviendra une « vraie destination ». Petit ombre dans le tableau : les citoyens ivoiriens sont interdits de jeu selon la réglementation ivoirienne.

L’ouverture d’un deuxième casino au Caire est aussi prévue prochainement par le Groupe Barrière. Dans une interview accordée aux « Echos », Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière, évoque aussi la croissance du chiffres d’affaires de 21% de son hôtel de Marrakech pour les cinq premiers mois l’exercice 2016-2017. Bref, les activités du groupe semblent s’améliorer en Afrique. Mais qu’en est-il de la France ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here