Fiscalité dans le monde du poker : des taxes prélevées sur les finalistes du Main Event du WSOP

0
19
Le 14ième bracelet WSOP de Phil Hellmuth

Selon les estimations effectuées par Russ Fox du cabinet Clayton Financial and Tax, le gain de 8,8 millions de dollars raflés par le champion John Cynn sera ponctionné à hauteur de 44 %. Il faut savoir que ce rapport ne prend pas en compte les parts cédées par les joueurs concernés.

Des sommes trop élevées

Chaque année, c’est donc le cabinet Clayton Financial and Tax qui s’occupe des régimes fiscaux auxquels sont assujetties les récompenses des finalistes du Main Event des World Series of Poker. Leur constat démontre une fiscalité assez rude imputée aux professionnels du secteur. Dans le domaine, l’avantage s’adresse essentiellement au fisc américain qui retire au passage un gros pactole. En cette année 2018, ce rapport est même renforcé par un élément qui suscite l’attention de nombreux spécialistes. Il s’agit de la présence aux six premières places de l’épreuve de six représentants américains considérés comme des joueurs professionnels. D’après les prévisions du fiscaliste, l’Internal Revenue Service (IRS) prélèverait à lui seul 9,8 millions de dollars sur les gains de la table finale. Au final, cela revient à plus d’argent à la différence des gains réels de John Cynn et Tony Miles réunis. Outre ces prélèvements, on distingue également d’autres services complémentaires coûtant près de 11 millions de dollars. À noter que les WSOP 2018 ont rassemblé 7 874 concurrents et ont tous payé 10 000 dollars pour y participer.

De tous les finalistes, c’est obligatoirement le champion John Cynn qui va devoir céder la somme la plus élevée, soit 3,8 millions sur les 8,8 millions remportés. Dans l’ensemble, la ponction s’échelonne à 44 %, un pourcentage jugé supérieur si l’on tient compte du montant des gains empochés. Un fardeau fiscal qu’il devra pourtant verser à l’impôt fédéral sur le revenu en vigueur sur le territoire américain. Du côté des joueurs français, les estimations seront assujetties à un prélèvement d’environ 369 000 euros par le fisc français, soit un gain réel réduit à 485 000 euros. Cela concerne surtout le joueur Antoine Labat, le cinquième joueur Français à atteindre la table finale du prestigieux tournoi de poker du monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here