Les clubs de jeux acceptés par l’Assemblée, mais avec une période d’essai

0
43
Casino à Paris

L’Assemblée nationale vient de valider la mise en place des clubs de jeux sur Paris. C’est une bonne nouvelle pour les deux derniers qui sont ouverts aujourd’hui cependant il en s’agit pas encore d’une décision définitive. Effectivement, l’Assemblée a accordé leurs ouvertures, mais uniquement à titre expérimental. La durée de cette période d’essai est limitée à 3 ans.

Les clubs de jeux acceptés à Paris

Il y a quelques jours l’Assemblée a tranché sur le sujet des clubs de jeux à Paris. Pour rappel, le gouvernement a décidé de réfuter l’ouverture de casinos à Paris, mais a choisi plutôt les clubs de jeux à l’anglais. Il s’agit d’une réforme pour Paris qui a un statut spécial. D’après Patrick Mennucci, rapporteur, cette décision permettra d’assainir le secteur. Même s’il ne s’agit que d’une expérimentation pour une durée de 3 ans, pour lui cela permettra de constater qu’il y a la possibilité de tracer les fonds.

En outre, ces clubs de jeux auront l’obligation de payer un impôt sur les sociétés. Mais tout le monde ne voit pas cette décision du même œil. Nathalie Kosciusko-Morizet, de l’opposition, voit cette nouvelle décision comme un projet qui sera le début d’un vrai déclin et de déboire pour Paris. Pour elle, c’est une disposition qui vise à satisfaire certains intérêts uniquement. Ces propos montrent que pour elle il n’y a aucune différence avec les casinos.

Pour elle, ce sera un enjeu financier pour la ville qui servira à renflouer les caisses de Paris. L’autorisation des clubs de jeux n’a rien avoir avec l’intérêt, toujours d’après elle. Estelle Grelier, secrétaire d’État chargée des Collectivités, a tenu à expliquer que cette mesure ne vise pas à supprimer l’interdiction d’ouvrir des casinos dans un rayon de moins de 100 km de Paris.

Une décision encore provisoire

Comme il a été dit plus haut, ce ne sera qu’une phase expérimentale. Mr Mennucci a estimé qu’il a été assez intéressant d’entendre ce que l’opposition avait à dire. Il a cependant pointé du doigt le fait que c’est cette même opposition qui avait validé les jeux d’argent en ligne en 2010. Il a également remis sur le tapis certains évènements, rappelant qu’à une certaine période ces cercles de jeux subissaient de grandes difficultés. Il a rajouté que leur existence était pourtant nécessaire pour certains partis qui tiraient leur financement de ces cercles.

Il a en outre révélé des chiffres notamment ceux d’un cercle de poker de Paris qui avait généré 34 millions d’euros il y a un an et malgré cela, il n’a payé qu’un million d’impôts. Pour l’heure, d’après Estelle Grelier, le texte sera encore revu avant de passer par la commission mixte qui a pour devoir de permettre un accord entre les sénateurs et les députés. Pour rappel, le texte stipulait que l’autorisation émanait du gouvernement qui devait légiférer par ordonnance. Les députés ont rediscuté de ce passage durant la commission. La décision sera donc attendue, le temps que cette expérimentation s’achève ainsi que la discussion au niveau des députés et des sénateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here