Chaudfontaine se défait de 8 de ses employés

0
23
Casino de Chaudfontaine

La société SGS Invest, nouveau propriétaire du casino de Chaudfontaine depuis le 24 février dernier, procède à des licenciements. Les membres du personnel de l’établissement ont pris connaissance mardi que 8 employés vont être remerciés. La cause de ces licenciements évoquée par repreneur du complexe de jeux est la baisse de fréquentation. Les syndicats, quant à eux, se posent des questions sur les annonces de licenciement plutôt répétitives. Pour confirmer leur crainte, ils analysent la situation pour savoir si ces nouveaux renvois ne sont pas liés aux 9 licenciements en octobre, mais aussi aux 7 et aux 5 opérés en 2013 et 2012 à la même période.

8 licenciements annoncés mardi

Le casino de Chaudfontaine, employant 55 personnes au moment de son rachat, doit se défaire de 8 de ses employés. Le groupe Partouche, le deuxième casinotier de France, a revendu l’établissement de jeu à la société SGS Invest. Ce nouveau propriétaire du casino de Chaudfontaine est l’exploitant des salles de jeux Starcasino en Flandre et à Bruxelles. Deux semaines après la reprise du complexe de jeux, son nouvel exploitant procède à des licenciements. Mardi dernier, la nouvelle direction préside alors une réunion d’urgence durant laquelle elle annonce le licenciement de 8 salariés du casino.

La société SGS Invest, à la tête du casino depuis peu, explique que la situation actuelle la contraint à procéder de la sorte. En effet, l’établissement, comme tous les casinos terrestres d’ailleurs, connait quelques difficultés, dont la baisse considérable du taux de fréquentation. Les syndicats avaient déjà exprimé leurs craintes concernant la sauvegarde des emplois une fois le casino de Chaudfontaine racheté. Leurs inquiétudes semblent alors se confirmer au vu de l’annonce faite par la nouvelle direction de l’établissement de jeux.

En ce qui concerne les intentions du nouvel exploitant du casino de Chaudfontaine, les employés n’en savent pas davantage. Etant donné que des travaux sont actuellement en train d’être réalisés dans l’enceinte de l’établissement, la rénovation du casino est donc déjà en cours.

Les syndicats ont une autre théorie

Les 8 licenciements opérés par la société SGS Invest surviennent quelques mois après le renvoi de 9 personnes par l’ancienne direction en octobre. En 2012 et en 2013, à peu près à la même période, l’établissement de jeux avait réalisé respectivement 5 et 7 licenciements. Les syndicats ne peuvent s’empêcher de faire le lien entre ces diverses opérations. Selon eux, ces initiatives ont une toute autre raison et non celle évoquée par le nouvel exploitant.

Les syndicats pensent que ces annonces successives ont pour objectif de se soustraire à l’application de la loi Renault. Pour le moment, ils étudient les possibilités de pouvoir relier les anciens licenciements pour que les travailleurs licenciés puissent bénéficier des initiatives prévues par la loi Renault. Vicky Hendrick, secrétaire permanente CGSLB, a d’ailleurs souligné que le personnel du casino de Chaudfontaine fait face à un licenciement collectif. En attendant de trouver ce lien, un bureau de conciliation a été convoqué rapidement à la demande des syndicats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here