Le casino de Briançon est aux mains de Circus

0
153
Le casino de Briançon

Le casino de Briançon a enfin trouvé un repreneur. Il s’agit de l’entreprise belge Circus. En effet, même si elle n’a pas encore une très grande notoriété sur le marché français, elle commence à se faire une place. Après le groupe Barrière, la gestion du casino passe donc entre ses mains. C’est le troisième établissement appartenant à Barrière, que l’entreprise vient racheter.

Des casinos ouverts au public

L’entreprise Circus a un objectif bien précis en rachetant les 3 casinos du groupe Barrière : Leucate, Chamonix et Briançon. Elle prévoit en outre de proposer des casinos proposant des offres de qualité, mais qui sera ouvert à tous. Grâce à cette stratégie, l’entreprise franco-belge veut devenir un acteur majeur sur le marché français. Elle veut se démarquer en apportant de la qualité, mais offrant une plus large accessibilité au grand public en étant abordable.

L’entreprise Circus est composée de 2 actionnaires. Le premier est la société Circus qui est d‘origine belge. Il détient déjà deux casinos. Il s’agit du casino de Spa et celui de Namur. L’autre part est détenue par la Société française des casinos, qui elle, possède 49% de l’entreprise. Elle est déjà l’heureuse propriétaire de plusieurs casinos : le casino de Chamonix, de Gruissan, de Port-la-Nouvelle, de Châtel-Guyon et à Collioure.

La modernisation : le mot d’ordre de Circus

Pour l’entreprise franco-belge Circus, l’objectif est d’apporter une touche de modernité dans les offres du casino. Pour cela, elle compte bien évidemment réaliser des investissements. Elle souhaite en outre proposer de nouvelles offres de jeux, en intégrant en outre des machines nouvelles générations, à la pointe de la technologie. Elle compte entre autres intégrer dans son parc des machines une roulette électronique.

Le porte-parole de Circus souligne cependant que la bille tourne toujours de façon naturelle, la machine entière n’est pas électronique. Le jeu et le paiement sont les seules fonctions électroniques. Il faut dire que l’entreprise a beaucoup de projets pour son nouveau casino. Elle compte notamment faire un aménagement qui sera destiné pour un espace fumeurs. D’autres espaces seront aussi créés dans les mois à venir.

Pourtant, au début, la reprise du casino de Briançon a été loin d’être gagné. Les négociations avec la mairie de la ville ont été très dures. La délivrance de la délégation de service public a pris du temps, car entre l’entreprise et la ville, il y a eu des problèmes d’ordre judiciaire. Toutefois, Pascal Pessiot affirmé devant la presse qu’actuellement l’entente est rétablie.

Pour ce qui est du groupe Barrière, il semble qu’il est bien décidé à maintenir sa stratégie de ne retenir que ses grands établissements. Il faut dire que les ventes s’enchaînent comme nous l’avons déjà mentionné dans nos articles précédents. Le groupe désire concentrer leurs efforts sur les grands établissements avec des salles de spectacles, des casinos, pour certains des hôtels et des restaurants. Sous la direction de Dominique Desseigne, le casino de Briançon avait un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros chaque année en moyenne. 5 casinos du groupe ont déjà trouvé un repreneur : le casino de Chamonix, de Leucate, de Briançon, de Besançon et de Jonzac.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here