Bwin et PokerParty retirés du marché suisse par GVC après un accord raté

0
45
Suisse

GVC Holdings avait tenté une insertion sur le marché suisse, il y a peu de temps. Mais malheureusement, l’accord a été un échec. Il faut savoir que les opérateurs en ligne doivent conclure une collaboration avec un opérateur local pour pouvoir proposer ses services dans ce pays. Pour GVC, cela s’est soldé par un échec après une tentative auprès d’un casino local. Il a ainsi retiré ses marques PartyPoker et Bwin.

Une nouvelle loi sur les jeux pour la Suisse

La Suisse a intégré de nouvelles lois en ce qui concerne les jeux d’argent en ligne sur son marché. Depuis sa mise en vigueur le 1er janvier dernier, les opérateurs en ligne internationale doivent conclure un accord avec un opérateur local pour continuer à proposer leurs offres aux joueurs suisses. Ceux qui ne réussiront pas à obtenir un tel accord verront leur domaine bloqué par les autorités suisses. D’un côté, ces nouvelles lois favorisent les casinos terrestres locaux qui sont désormais autorisés à proposer des offres en ligne ainsi que du poker en ligne.

Pour le cas de GVC Holdings, l’opérateur britannique a échoué dans ses négociations avec un casino local. De suite, il lui a fallu retirer ses marques PartyPoker et Bwin de la Suisse, pour éviter des sanctions. Pourtant, les discussions ont été très bien engagées en septembre dernier, selon la déclaration de GVC. Mais à cette époque, le groupe avait déjà préparé ses investisseurs, qu’un échec pouvait survenir, mais tout en les rassurant que cela n’aurait pas de répercussion majeure, car la Suisse représente moins de 1 % de ses revenus.

Contrairement à GVC, d’autres opérateurs ont pu décrocher un accord avec des casinos terrestres suisses. C’est le cas de Playtech qui a annoncé la signature d’une collaboration le mois de novembre dernier.

GVC et d’autres opérateurs se retirent de la Suisse

Apparemment, GVC Holdings ne serait pas le seul à retirer ses marques de la Suisse. D’autres sociétés ont déjà retiré ses joueurs suisses de leur plateforme. C’est le cas par exemple de MRG et de Netbet. Pour GVC, les joueurs suisses ont été rayés de la liste des joueurs sur PartyPoker et Bwin depuis la semaine dernière. D’autres s’accrochent encore à un brin d’espoir d’un éventuel accord, comme PokerStars, appartenant au groupe Stars. Le groupe est convaincu que bientôt cette signature se fera.

Il faut noter que les autorités suisses n’appliqueront les nouvelles lois que vers le mois de juillet. C’est à cette date également qu’elles devraient octroyer les premières licences de jeux en ligne. Mais pour les opérateurs qui ont déjà quitté l’arène, ils ont encore la possibilité de réintégrer le marché s’ils signent un accord avant cette date. Mais il est impératif actuellement pour ces sociétés d’afficher une image propre, d’où ces vagues de retrait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here