1xBet dans le viseur du régulateur britannique pour ses pratiques de jeu et publicitaires

0
35
1xBet

Alors qu’il s’est déjà mis à dos de nombreux régulateurs de jeu à l’échelle mondiale, 1xBet vient de se mettre à dos un autre régulateur : la commission des jeux du Royaume-Uni (UKGC). Cet opérateur de casino et d’autres jeux d’argent fait désormais l’objet d’une enquête de la UKGC, en raison de ses pratiques de jeu et publicitaires peu louables, voire illégales. Parmi les accusations portées à l’encontre de cet opérateur, on relève notamment celle qui lui prête des intentions d’établir un « casino porno », puisqu’il ferait déjà animer certains de ses jeux par des croupières aux seins nus. En tout cas, les griefs sont légion à l’encontre de cet opérateur.

Un opérateur qui a du mal à se conformer aux réglementations

L’opérateur de jeux de casino et de paris sportifs 1xBet vient de susciter une enquête du régulateur britannique des jeux de hasard (l’UKGC). Il faut dire que c’est plutôt une habitude pour cet opérateur de casino et de paris sportifs, une habitude de faire l’objet d’enquêtes pour des problèmes réglementaires, lesquelles aboutissent souvent à des sanctions et blocages.

En Pologne par exemple, après l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation des jeux de hasard en 2017, environ 200 sites ou domaines rattachés à 1xBet font partie des opérateurs bannis du marché de jeux polonais. Au cours de l’automne dernier, c’est du marché des jeux d’Israël que 1xBet a été banni ; la réglementation israélienne autorise l’offre de jeux de hasard sur son territoire aux joueurs locaux, à condition d’être autorisé à le faire, et 1xBet a été bloqué sur ce marché parce qu’il offrait ses produits sans détenir d’autorisation. Plus récemment, pour un manquement similaire au précédent, 1xBet a été frappé d’une amende de 400 000 € par le régulateur des jeux des Pays-Bas. L’opérateur aurait offert ses jeux aux joueurs néerlandais, en langue néerlandaise, et se serait servi d’iDEAL (méthode de paiement propre aux Pays-Bas) pour capter des joueurs néerlandais, sans être autorisé à opérer aux Pays-Bas.

Maintenant, c’est à l’United Kingdom Gambling Commission, le régulateur britannique, que 1xBet doit faire face. Le dénouement de l’enquête en cours peut être fatal pour l’opérateur de casino et de paris sportifs, s’il s’avère qu’il a vraiment violé les termes de sa licence britannique et les codes publicitaires. Les accusations sur les pratiques peu louables, voire illégales, de 1xBet sont nombreuses, et concernent aussi bien ses jeux de casino que ses autres activités.

Des croupières trop affriolantes pour ne pas attirer le regard du régulateur britannique

Il ne fait aucun doute que l’opérateur de casino et de paris sportifs 1xBet est dans le viseur du régulateur britannique des jeux de hasard. C’est l’enquête du Sunday Times (journal du dimanche britannique) qui révèle des faits graves (dont la véracité ou non sera établie par la UKGC) à propos de 1xBet. Selon cette enquête, l’opérateur de casino et de paris sportifs 1xBet serait impliqué dans des pratiques peu louables et pour certaines illégales.

Parmi les nombreuses accusations à l’encontre de 1xBet, il y a notamment celle qui révèle l’implication de cet opérateur dans l’exploitation d’une version pornographique de casino (une sorte de « casino porno »). Dans ce type de casino, les croupières sont très affriolantes, et animent les parties aux seins nus. Cela est une manière d’attirer davantage certains joueurs, et pourquoi pas la majorité d’entre eux ! Quoi qu’il en soit, cette pratique serait tout sauf légale, et si elle a attiré des joueurs, elle a aussi attiré l’œil du régulateur britannique qui risque de faire payer l’opérateur.

D’autres manquements aux termes de la licence de jeu et aux codes publicitaires

1xBet n’est pas seulement accusé d’exploiter un « casino porno », plusieurs autres griefs lui sont portés. L’opérateur est notamment accusé d’avoir des pratiques publicitaires illégales et d’autres pratiques qui violeraient les termes de sa licence de jeux britannique.

L’une des annonces publicitaires de l’un des sites de 1xBet présentait, selon l’enquête du Sunday Times, une femme, jeune, avec des seins nus, qui se défaisait de ses sous-vêtements en étant allongée sur le dos (cela violerait les codes de la publicité au Royaume-Uni et de manière générale). L’enquête de ce média britannique révèle aussi que 1xBet ferait partie des annonceurs les plus récurrents / présents sur les sites qui diffusent illégalement des rencontres du championnat anglais de football. Elle révèle aussi que 1xBet ferait beaucoup d’annonces publicitaires sur des sites illégaux / pirates. Pour l’expert londonien en propriété intellectuelle Peter Szyszko, 1xBet pourrait participer au financement des sites gérés et détenus par des criminels.

À propos des accusations liées à ses pratiques publicitaires, 1xBet impute ces manquements à ses sites tiers et aux réseaux qui feraient sa publicité. L’opérateur rajoute de faire une enquête dès qu’il se rendra compte qu’un de ses partenaires ou sites tiers adopte des pratiques illégales.

Quoi qu’il en soit, à ‘heure actuelle, le site britannique de 1xBet a déjà été suspendu, et l’enquête (du régulateur britannique) suit son cours (et la sanction, s’il y en a, peut être fatale pour 1xBet).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here